2008-08-08

Des papillons dans le ventre

Je vous ai déjà raconté ici que j'avais horreur des papillons...

Il existe une expression en suédois "att ha fjärilar i magen" avoir des papillons dans le ventre: inutile de vous dire que ca me donne un peu mal au coeur... ca veut tout simplement illustrer une certaine nervosité! Moi rien que d'y penser j'ai des palpitations... du coup je vous met une photo de la brasse papillon hein c'est pas JO pour rien!


La photo vient de Wikipedia.

7 commentaires:

victoire a dit…

il fût un temps, très lointain, où j'avais moi aussi des papillons dans les bras comme la photo ... je ne crois pas de nos jours que je puisse soulever mon corps hors de l'eau ne serait-ce qu'une seule fois! LOL

Sandrine a dit…

Cette expression "avoir des papillons dans le ventre" a aussi un équivalent en anglais, et par le biais des séries US et des doublages (je me souviens l'avoir entendue dans Sex & the city, par exemple), elle commence à être utilisée en français aussi.
Bon, sinon, les papillons, c'est pas joli, vu de près, faut bien l'admettre. Surtout les papillons de nuit (même vus de loin).

Nico a dit…

Moi j'dis qu'il vaut mieux avoir des papillons dans le ventre que des vers! M'enfin j'dis ça j'dis rien, chacun ses préférences... ;)

zadde a dit…

C'est rigolo. Chez moi avoir des papillons dans le ventre s'utilise pour traduire l'espèce d'hilarité présente au début d'une relation amoureuse ;-)

Lugnetetc a dit…

Vic ca je ne savais pas... moi j'ai jamais su...

Sandrine ce matin le papa de petitou a chassé un papillon pour moi... je me sens conne mais j'ai vraiment horreur de ces bêtes là...

Nico retourne à tes algues je pense que ca vaut mieux... ;-)

Zadde on peut l'utiliser en suédois si on va à un rendez vous par exemple: jag har fjärilar i magen!

Anonyme a dit…

C'est courant comme expression au Québec et c'est pas nouveau. Le sens dont parle Zadde s'applique également.

rom4in a dit…

C'est marrant cette expression a été employée par Youssef Chanine alors qu'il recevait un prix à Cannes.
A lire sur nouvelobs